2.8.02

99.- Saint Exupery

Objet : Rapport concernant pilote disparu.
A : M. Le Commandant du 23eme Squadron de Reconnaissance Photographique, APO 520, armée américaine.
1. On signale la disparition du commandant Antoine de Saint-Exupéry, appartenant au Squadron 2/33, aviation française, au cours d'un vol en opération au-dessus de la France occupée. Le Squadron 2/33 est affecté au 23eme Squadron de Recce. Photo pour les opérations.
2. Le commandant de Saint-Exupéry a décollé de Borgo en Corse, à 310845 B heures, pour effectuer une mission cartographique de la région de Grenoble. D'après les calculs, il devait arriver à environ 311215 B heures. Le secteur de Borgo(contrôle) fut contacté une heure après l'heure d'arrivée prévue, pour en avoir des nouvelles. Lorsque aucune nouvelle n'était arrivée, il a été demandé que les bulletins d'informations soient transmis à toutes les unités. Aucun renseignement n'a été reçu.
3. Trois avions Warwick effectuaient des recherches au-dessus d'une zone qui se trouvait sur son chemin, pour Shirtcuf 63 qui était porté disparu le 30 juillet 1944. Ils n'ont rapporté aucune nouvelle. Radar a signalé que le pilote en question n'a pas traversé la côte française pour regagner sa base.
4. Nous n'avons aucun renseignement le concernant.

La Cigarra Petarda recordaba a Saint Exupery, el parte del día me recuerda el final de "Sin novedad en el frente", de Erich M. Remarque, el mejor libro (de guerra) antibélico.

La frase dejada antes de partir (al final del post 96) llevó a pensar a la gente en un suicidio, además de las opciones obvias -derribado por los alemanes, fallas mecánicas-, ojalá hubiese puesto rumbo al Africa, y terminado sus días en medio de la selva, al lado de su avión, en una isla o planeta propio.